AVIATION 14-18
AVIATION 14-18

Si vous avez des objets, documents ou informations

pouvant compléter utilement cette page,

n'hésitez pas à prendre contact avec l'auteur.

Manettes et commandes

Commande à double leviers pour moteurs rotatifs. 

 

On retrouve ce modèle sur les appareils équipés de moteur rotatif ("rototo"), en particulier les Le Rhône et les Clerget-Blin montés avec le carburateur "bloctube Tampier" (mais pas exclusivement).

Les deux manettes, reliées par l'intermédiaire de tringles et de renvois d'angles, commandent la carburation du "rototo" :

-la grande manette commande le tiroir avec son aiguille conique calibrée dans le bloctube. C'est l'équivalent de la commande de gaz actuelle et du papillon/boisseau du carburateur.

En ouvrant le tiroir, on augmente le flux d'air, et la quantité de carburant qui va avec (le bon calibrage de l'aiguille est donc d'importance). Plus le tiroir est ouvert, plus l'aiguille conique laisse passer le carburant avec le flux d'air, et le moteur accélère. Si on ferme le tiroir, le flux d'air diminue en parallèle avec un débit de carburant moindre, ralentissant de fait les tours moteur.

-la petite manette commande le frein filtre, qui gère le débit du carburant arrivant au bloctube. Elle permet d'ajuster finement la quantité de carburant pour que le moteur tourne avec le ratio air/essence optimum à toutes les altitudes.

Simple manette de gaz du fabricant René Tampier.

Montée sur Nieuport 28.

Carburateur "Bloctube Tampier"

Carburateur BLOCTUBE TAMPIER du fabricant René Tampier.

Comme expliqué ci-dessus, le bloctube Tampier était directement relié à un levier de commande par des tringles et des renvois d'angles, et servait à régler les gaz (accélération moteur).

Ci-dessous des photos du Bloctube Tampier en position ouverte et fermée (à noter qu'en position ouverte, on distingue l'aiguille).

Magnétos de départ

Magnéto modèle EOLE du fabricant CGM.

Essentiellement montée sur spad.

Magnéto de départ de type MB du fabricant RB.

Pompe à essence ASTRA

Sur la plupart des avions employés aux armées, le réservoir d'essence se trouvait à un niveau inférieur à celui du carburateur. Il convenait donc, par un dispositif approprié, de faire monter l'essence du réservoir jusqu'au moteur pour alimenter celui-ci. Ce dispositif consistait en une pompe actionnée soit automatiquement au moyen d'une petite hélice, soit à la main à l'aide d'une simple pompe.

Ci-contre la pompe à essence ASTRA qui était l'une des plus perfectionnées.

La pompe dans son ensemble, se compose de 2 parties : la pompe à air mono-piston et le pulsateur (non présent sur les photos). Seul le pulsateur, mis en action par les variations de pression de la pompe est au contact de l'essence. Sa membrane en baudruche, puis en parchemin de peau de chèvre, isole de façon étanche, l'air provenant de la pompe, et le carburant arrivant du réservoir. Cette membrane, par son déplacement reproduisant l'effet aspirant et foulant du piston de la pompe à air, envoie l'essence provenant d'un réservoir d'une partie basse, dans une nourrice.

Version imprimableVersion imprimable | Plan du site
© Samuel Kittler